Les nombreuses espèces exotiques envahissantes présentes dans les territoires français d’outre-mer représentent une menace potentielle ou déjà manifeste pour les écosystèmes et les espèces particulièrement vulnérables qu'ils abritent. Cet article présente un état des lieux de la situation et quelques chiffres clés.

Le bilan suivant se base en partie sur les données disponibles dans la base d’informations produite dans le cadre de l’initiative sur les espèces exotiques envahissantes en outre-mer conduite par le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) depuis 2005. Cette base d’informations est une production collective qui a mobilisé un vaste réseau d’experts et de personnes ressources coordonné par l’implication de points focaux dans chacune des collectivités d’outre-mer. Cette base est consultable à l’adresse suivante : www.especes-envahissantes-outremer.fr

Des espèces exotiques se rencontrent dans tous les milieux d’eau douce d’outre-mer (lacs, étangs, marais, mares, rivières, etc.). Elles peuvent y passer toutes les phases de leur cycle de vie ou seulement une partie (exemple : larves chez les amphibiens). Pour les vertébrés, la base d’informations fait état de 23 espèces introduites de poissons, 11 espèces d’amphibiens et 2 espèces de tortues aquatiques qui se rencontrent aujourd’hui à l’état naturel (naturalisées) en outre-mer. Concernant les plantes aquatiques strictes, 9 espèces introduites sont considérées comme plus ou moins envahissantes en fonction des localités (photo 1). Des invertébrés (mollusques gastéropodes, crustacés…) ont également été introduits à l’image de l’ampullaire (Pomacea canaliculata) à La Réunion, mais le manque d’inventaires ne permet pas d’avoir actuellement une estimation correcte du nombre d’espèces d’invertébrés introduits. Le tableau 1 et le tableau 2 proposent un bilan du nombre d’espèces exotiques par territoire et la distribution de quelques espèces exotiques parmi les plus problématiques en outre-mer.

Les voies et les vecteurs d’introduction volontaires ou accidentelles sont multiples mais liés la plupart du temps aux activités anthropiques. De nombreuses tentatives d’acclimatation ont été conduites dès le  dix-neuvième siècle. Les motivations étaient variées : « enrichissement » des cours d’eau jugés pauvres à l’époque (ex : tilapia, truite), limitation de la prolifération des moustiques pour lutter contre les maladies infectieuses (ex : guppy), développement de l’aquaculture (ex : tilapia, crevette), pour la pêche sportive (ex : truite, black bass). Heureusement, de nombreuses  tentatives d’acclimatation en milieu naturel n’ont pas réussi comme celles en Polynésie française de la truite arc-en-ciel, de la carpe, de la gambusie et du black bass réalisées entre 1925 et 1927. Le développement de l’aquariophilie et des filières de production de plantes ornementales est un important vecteur d’introduction. Libérées de leurs aquariums ou de leurs bassins d’ornement, volontairement ou accidentellement, certaines espèces se sont retrouvées dans la nature. Ce mode d’introduction a favorisé la propagation d’espèces végétales telles que certaines plantes ornementales d’aquarium (ex : hydrille verticillée, jacinthe d’eau), de certains poissons d’aquarium (ex : porte-épée, carassin doré), de la tortue de Floride, mais également de certains invertébrés associés aux plantes aquatiques. L’aquariophilie fait aujourd’hui courir un danger important et permanent sur les milieux aquatiques d’eau douce d’outre-mer. D’autant plus que les espèces recherchées par les aquariophiles sont généralement des espèces tropicales qui peuvent retrouver dans les Antilles, dans les îles de l’océan Indien ou dans le Pacifique des conditions proches de celles de leur milieu d’origine.

Pour citer cet article :

Référence électronique :
SOUBEYRAN, Yohann ; GOARANT, Anne-Claire ; LAVERGNE, Christophe ; MANRY, Carole ; MALAU, Atoloto ; MEYER, Jean-Yves ; de THOISY, Benoît ; URTIZBEREA, Frank, Bilan des espèces exotiques envahissantes en milieux aquatiques sur le territoire français : bilan synthétique pour l'outre-mer, Revue Science Eaux & Territoires, Les invasions biologiques en milieux aquatiques, numéro 06, 2012, p. 64-67, 13/02/2012. Disponible en ligne sur <URL : http://www.set-revue.fr/bilan-des-especes-exotiques-envahissantes-en-milieux-aquatiques-sur-le-territoire-francais-bilan> (consulté le 29/02/2020), DOI : 10.14758/SET-REVUE.2012.6.11.

Ajouter un commentaire

Télécharger au format PDF
↑ Haut de page