Le Partenariat européen pour l’innovation pour une agriculture productive et durable (PEI-AGRI) est un des instruments de l’Union européenne pour promouvoir l’innovation dans le secteur de l’agriculture en rapprochant plus étroitement la recherche et la pratique de terrain. Pascale Riccoboni, chargée de l’animation nationale du PEI-AGRI au sein du Réseau rural national, fait le bilan de cette initiative et des dynamiques de recherche partenariale qu’elle a créées dans le domaine de l’eau et l’agriculture en France et en Europe.

Qu’est-ce que le PEI-AGRI et comment se décline-t-il à l'échelle européenne ?

Le secteur agricole doit relever de nombreux défis : nourrir la planète dans un contexte de forte croissance démographique, faire face aux changements globaux et en particulier au changement climatique, limiter les impacts environnementaux de l’agriculture, concilier qualité et rendement…  L’innovation et la connaissance sont indispensables pour accompagner les transitions économiques, environnementales, sanitaires et sociales qui en découlent. C’est dans ce contexte qu’a été mis en œuvre le Partenariat européen pour l’innovation pour une agriculture productive et durable (PEI-AGRI) initié dans le cadre de la programmation 2014-2020.

Cet instrument européen est déployé via la politique européenne de la recherche et le second pilier de la Politique agricole commune (PAC). Il soutient les projets et activités de mise en réseau et de production et partage de connaissances pour réussir les transitions de l’agriculture et la forêt. Les projets PEI-AGRI ont en commun « l’approche multi-acteurs » : différents acteurs, comme des agriculteurs ou des conseillers, collaborent avec les scientifiques tout au long du projet pour développer des solutions innovantes aux problèmes rencontrés sur le terrain. Élaborées pour et avec les agriculteurs, ces solutions ont de meilleures chances d’être pertinentes et utilisées. Son autre mission est d’accélérer la diffusion des innovations en Europe.

À l’échelle de la France, les régions financent des projets collectifs appelés groupes opérationnels (GO) du PEI, tandis que le Réseau rural national réalise une animation spécifique PEI croisant les échelles et les acteurs. Transdisciplinaires, les groupes opérationnels contribuent tous à l’innovation sur les territoires dans de nombreuses thématiques : diminution des produits phytosanitaires, gestion des ressources (eau, air, sol), santé des végétaux et des animaux, outils de connaissances et de pilotage, usage du numérique, etc. À mi-2020, plus de mille cinq cents groupes opérationnels ont été sélectionnés en Europe, dont deux cent quarante-six mis en œuvre en France. La PAC, avec le FEADER (Fonds européen agricole pour le développement rural), soutient financièrement ces projets.

Les projets de recherche et d’innovation transnationaux et soutenus par des fonds européens de la recherche (Horizon 2020) associent des partenaires de toute l’Europe. Le nombre de partenaires au sein de ces consortiums varie entre dix et, pour le plus important, cent dix. Parmi ces projets, on distingue les réseaux thématiques, qui font circuler les connaissances existantes et les traduisent en informations et outils pour les acteurs de terrain. Cent cinquante projets multi-acteurs, dont trente-cinq réseaux thématiques ont été signés entre 2014 et avril 2020.

L’eau est un paramètre important de l’agriculture. Quelle place le PEI AGRI accorde-t-il à la gestion de l’eau ?

De plus en plus de projets du PEI abordent très directement la question de l'eau.

Des travaux approfondissent les différentes approches pour la reconquête de la qualité de l'eau, la protection des ressources d'eau potable contre la pollution par les pesticides et les nitrates, identifient et développent des outils ou mesures innovantes ou encore des gouvernances adaptées à une protection plus efficace de l'eau potable.

D'autres travaux ciblent la problématique sous l'angle de l'optimisation de l'utilisation des intrants (nutriments, produits phytosanitaires, eau) pour la compétitivité des exploitations ; tandis que d'autres travaillent tout à la fois sur les modèles de fertirrigation qui combinent objectifs de production et débouchés commerciaux.

Outre ces projets qui abordent directement la problématique de l'eau, il importe de souligner que les projets du PEI, pour un nombre très significatif d'entre eux (près des deux tiers des GO français), travaillent sur la transition des exploitations vers des pratiques agro-écologiques, voire la triple performance [1]. Les approches systèmes valorisées en vue de cette transition sont potentiellement plus vertueuses au regard de l'eau. Enfin, la plupart des projets s'inscrivent dans une démarche territoriale.

Une quarantaine de groupes opérationnels Eau et Agriculture ont été initiés en Europe. On peut citer à titre d’exemple deux projets portés par l’Allemagne (Zimmermann et al., 2020) et le Portugal (Gonçalves et al., 2020), qui font l’objet d’une présentation détaillée dans ce numéro. À ces projets régionaux s’ajoutent une dizaine de projets transnationaux H2020, comme le projet  SolACE [2] qui travaille sur des solutions  pour améliorer l’efficacité des agro-systèmes et des cultures en matière d’utilisation d’eau et de nutriments (azote, phosphore) dans un contexte de plus grande variabilité des précipitations.

Associant quinze pays partenaires, dont la France représentée entre autre par INRAE, il examine un large éventail de contextes et de systèmes agricoles.

« L’eau et l’agriculture » est aussi l’une des treize thématiques portées par des groupes d’experts européens réunis au sein de Focus Group organisés par le réseau européen du PEI. Un Focus Group rassemble vingt experts d'origine et compétence variées pour dresser l'état de l'art, identifier les freins, les opportunités, les solutions sur une question de recherche importante pour les agriculteurs. Il produit un rapport destiné à inspirer d'autres acteurs, dont des groupes opérationnels ou des projets de recherche.

Les projets financés sont en ligne sur le site du réseau rural national [3] et sur le site du réseau européen du PEI [4].

Enfin, outre le PEI AGRI présenté ci-dessus, il existe quatre autres PEI de l'Union européenne, dont l'un est spécifique à l'eau. Comme son nom l’indique, son objectif est de faciliter le développement de solutions innovantes pour faire face aux défis européens et mondiaux de l'eau. Il soutient également la création d'opportunités de marché pour ces innovations.

Le PEI AGRI dans sa programmation 2014-2020 vient de s’achever : quel est le bilan de six années d’actions sur le terrain ? Et quelles sont les perspectives  d’avenir de cet instrument européen ?

Ce dispositif, dans sa dimension européenne et nationale, dans sa double dimension politique de la recherche et politique agricole commune, a été mis en place il y a six ans, à partir de zéro. En ce sens, il est unique dans son genre. Il s'est déployé au profit des secteurs agricole, agro-alimentaire et forestier, et aussi des territoires ruraux. Des projets abordent plus particulièrement les questions d'innovation sociale et territoriale, de nouveaux modèles économiques, ou encore les services d'innovation et de conseil les plus adaptés aux transitions. Le PEI a permis de développer cette synergie entre monde agricole, monde de l'enseignement, du développement et de la recherche, collectivité, parfois société civile, pôles et entreprises…, et cette interaction entre petits et grands projets. Ce déploiement a mobilisé beaucoup d'énergie et de moyens. S'agissant du PEI soutenu par le FEADER, le volume et le type des GO sont divers selon les pays et les régions, mais les résultats sont prometteurs. S'agissant du PEI soutenu par la politique de la recherche Horizon 2020, cent cinquante projets ont été sélectionnés pour neuf cents millions d'euros (cible de cent quatre-vingt projets). L'enjeu réside maintenant dans la valorisation et l'appropriation des connaissances et résultats.

Pour la période 2021-2027, la Commission européenne a proposé de poursuivre et renforcer le PEI-AGRI sous sa double dimension politique de la recherche (Horizon Europe) et politique agricole commune. La modernisation, l'innovation et la connaissance sont des objectifs transversaux de la future politique agricole commune. Celle-ci prévoit de soutenir les projets de coopération, notamment les GO du PEI AGRI (« Un PEI AGRI » au service de toute la PAC), la formation et le conseil (avec des attentes renforcées pour le conseil en terme de prise en compte de la triple performance et d'accompagnement de projet partenariaux innovants par exemple), les réseaux de la PAC (européen ou nationaux)… Les systèmes de connaissance et d’innovation agricole (SCIA ou AKIS en anglais) et leur amélioration sont largement développés dans la prochaine PAC. Ils sont pour la première fois traités dans les documents cadre, par exemple le « plan stratégique national PAC » des États membres.

La Commission a également proposé de doubler les financements de recherche et d’innovation dédiés à l’agriculture, l’alimentation, la bioéconomie et les ressources naturelles dans le prochain programme européen de recherche et innovation appelé « Horizon Europe ».


[1] La triple performance rend compte des trois piliers du développement durable (économique, environnemental et social).

[2] Solutions for improving Agroecosystem and Crop Efficiency for water and nutrient use.

[3] https://www.reseaurural.fr/le-partenariat-europeen-pour-linnovation-agri

[4] https://ec.europa.eu/eip/agriculture/ : projets en ligne dès lors que l'information sur le GO a été transmis officiellement.

Pour citer cet article :

Référence électronique :
RICCOBONI, Pascale ; ARBEILLE, Sabine, Focus - Le partenariat européen pour l’innovation crée une dynamique de recherche sur l’eau et l’agriculture , Revue Science Eaux & Territoires, Économies d’eau en irrigation, numéro 34, 2020, p. 34-35, 28/11/2020. Disponible en ligne sur <URL : http://www.set-revue.fr/focus-le-partenariat-europeen-pour-linnovation-cree-une-dynamique-de-recherche-sur-leau-et> (consulté le 28/02/2021), DOI : 10.14758/SET-REVUE.2020.5.06.

Ajouter un commentaire