Pour pallier à la fragmentation du paysage, établir une cartographie des habitats favorables aux espèces sensibles semble nécessaire. À travers l’étude de cas d'une espèce de chauve-souris dans le massif du Vercors dans le cadre du projet MocHab, que peuvent nous apprendre les outils spatialisés sur l’état de connectivité d’un paysage donné ?

Ajouter un commentaire

Télécharger au format PDF
↑ Haut de page